Indices DIRECTSKILLS sur le coût du travail temporaire

Mois Indice de base Indice allègements Indice CICE Indice si SMIC
Janvier 2017 182,85 -20,36 - 8,47 154,01
Janvier 2016 182,72 -20,32 - 7,26 155,14
Juillet 2015 181,50 - 20,27 - 7,26 153,97
Janvier 2015 181,39 - 20,27 - 7,26 153,86
Août 2014 183,37 - 18,59 - 7,26 157,52
Janvier 2014 181,66 - 18,59 - 7,26 155,81

Dernières modifications

Mois Thèmes Changements
Janvier 2017 Charges Sociales
  • Assurance maladie : Augmentation de 0.05% , soit passage d'un taux de 12,84 % à 12,89 %)
  • Assurance vieillesse déplafonnée : Passage de 1,85% à 1,90 %
  • Cotisations liées à la pénibilité :

    - Augmentation du taux de cotisation lorsque le salarié est soumis à un seul facteur de pénibilité (de 0,10 % à 0,20 %),
    - Augmentation du taux de cotisation lorsque le salarié est soumis à deux facteurs de pénibilité ou plus (de 0,20 % à 0,40 %),
    - Instauration d’une cotisation non soumise à facteurs de pénibilité (0,01 %).

AllègementsLes deux premières cotisations entrant dans le dispositif d’allègements de charges sociales, son taux maximal a été augmenté. Toutefois, le nouveau taux d’allègements de charges ne répercute pas entièrement la hausse de cotisations, puisque pour une augmentation de 0,09 % des taux de cotisations, le taux maximal d’allègements de charges sociales n’est augmenté que de 0,07 %, dû à la baisse de la prise en compte des cotisations pour accidents du travail. Le taux maximal règlementaire est donc passé à 28,49 %. Le taux maximal d’allègements de charges sociales atteignable pour un intérimaire, rémunéré au SMIC sans primes ni majoration est donc de 20,36 % en tenant compte du versement des IFM et ICCP et de la majoration des allègements de 10 % pour le travail temporaire.
CICE Egalement depuis janvier 2017, le CICE est porté à 7 % des rémunérations jusque 2,5 fois le SMIC.
Janvier 2016 Charges Sociales
  • Notre estimation de la taxe transport augmente en répercussion du passage du taux de versement de l’agglomération lyonnaise de 1,75 % à 1 ,85 %. Notre estimation nationale de la taxe transport passe de 2,50 % à 2,51 %.
  • D’autres cotisations patronales ont vu leur taux augmenter :

- l’assurance maladie (12,80 % deviennent 12,84 %),
- l’assurance vieillesse plafonnée (8,50 % deviennent 8,55 %),
- l’assurance vieillesse déplafonnée (1,80 % deviennent 1,85 %).

AllègementsLe taux maximal d’allègements de charges sociales est passé de 28,35 % à 28,42 % pour les entreprises de plus de 20 salariés. Le taux maximal d’allègements de charges sociales atteignable pour un intérimaire, rémunéré au SMIC sans primes ni majoration est donc de 20,32 % en tenant compte du versement des IFM et ICCP.
Nouveaux coûts pour l’Entreprise de Travail TemporaireLa mutuelle est obligatoire pour les intérimaires à partir de janvier 2016. Nous estimons son coût pour l’Entreprise de Travail Temporaire à 1,25 % de la rémunération brute de l’intérimaire (hors IFM et ICCP) et donc à 1 % de sa rémunération complète (avec IFM et ICCP).
Juillet 2015 Augmentation des cotisations transport Juillet 2015 a été l’occasion d’une augmentation des cotisations transport de l’URSSAF, et notamment celle de l’Ile de France. Notre taux moyen pris en compte passe de 2,41 à 2,5 % de cotisation. Nous prenons en compte l’évolution du taux de versement transport des 10 agglomérations les plus importantes (Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, Lille, Bordeaux, Nice, Nantes, Strasbourg, Rennes), avec une pondération par le PIB de l’agglomération.
Pacte de responsabilitéBaisse des charges jusqu'à 1,6 SMIC (primes et majorations incluses).
Hausse de l'assurance vieillesse et de la retraite complémentaire. Création de la participation au financement des organisation syndicales.
Baisse de la cotisation allocations familiales jusqu'à 1,6 SMIC. Augmentation du taux d'allègement des charges sociales.
Attention, si la rémunération des intérimaires intègre d'importants montants payés mais non comptabilisés dans le temps de travail (pause non incluses dans le temps de travail, habillage, ...), alors cela peut impliquer une baisse des allègements de charges sociales qui peut aller, dans de très rares cas, jusqu'à annuler l'impact des autres mesures du pacte de responsabilité. Compte tenu fait que peu d'entreprises sont concernées de façon significative, nous n'avons pas inclus ce paramètre dans le calcul de l'indice DIRECTSKILLS.
Janvier 2015PénibilitéLe décret n° 2014-1156 du 9 octobre 2014 relatif à l'acquisition et à l'utilisation des points acquis au titre du compte personnel de prévention de la pénibilité prévoit une cotisation patronale concernant la pénibilité du travail à partir du 1er janvier 2015.
Elle ne concerne pour le moment que les salariés soumis à un ou plusieurs facteurs de pénibilité, mais elle concernera tous les salariés à partir de 2017.
Note : cette cotisation pénibilité n’est pas prise en compte dans le calcul de l’indice DIRECTSKILLS, car elle ne concerne pas tous les salariés. Pour les intérimaires concernés, le coût du travail est augmenté de 0,1 % ou 0,2 % en 2015, 0,2 % ou 0,4 % en 2017.
Août 2014 Evolution de l'estimation du taux de taxe transportL’augmentation de l’indice en août 2014 vient de l’actualisation du taux de versement transport qui passe de 1 % à 2,41 % suite à un affinage de notre méthode de calcul.
Nous suivons désormais l’évolution du taux de versement transport des 10 agglomérations les plus importantes (Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, Lille, Bordeaux, Nice, Nantes, Strasbourg, Rennes), avec une pondération par le PIB de l’agglomération.

Nous attirons l'attention du lecteur sur le fait que, compte tenu du poids des éléments dépendants de leur propre localisation (taxe transport), de leur secteur d'activité et de leurs agences de travail temporaire (accidents du travail), des rémunérations pratiquées qui ne dépendent que du client (allègements de charges sociales), des particularités de certaines activités (par exemple les intempéries dans le BTP), les indices DIRECTSKILLS n'ont d'intérêt qu'en variation globale. C'est d'ailleurs pourquoi DIRECTSKILLS a toujours refusé de faire des benchmarks de coefficients, qui selon nous n'ont pas de sens en intérim. En fonction de vos caractéristiques, et des caractéristiques de vos contrats, un coefficient de 1,85 peut tout autant être excellent que ... très améliorable. Seule l'analyse détaillée de la situation d'un client déterminé, dans son contexte, peut permettre une évaluation précise de ces paramètres.

Origine

Au cours de nos nombreuses missions de conseil en achat et réduction de coût de l'intérim, nous avons été fréquemment amenés à calculer et à suivre l'évolution des coûts de l'intérim.

A la demande de nos clients, nous avons décidé de formaliser cette base de connaissance en publiant les indices DIRECTSKILLS, ou indices Intérim. Ces indices sont suivis, depuis janvier 2014 et mis à jour en cas de modification.

Définitions

Nous partons d'une base 100, représentant la rémunération brute d'un intérimaire, celle à laquelle s'applique le coefficient de facturation. A cette base 100, les coûts suivants s'ajoutent (ou se retranchent) :

  • L'Indemnité de Fin de Mission (IFM) (10 %) ;
  • L'Indemnité Compensatrice de Congés payés (ICCP) (10 %) ;
  • Les charges sociales patronales assises sur le salaire et communes à toutes les Entreprises de Travail Temporaire ;
  • Les charges sociales assises sur le salaire mais qui diffèrent selon les entreprises :
    • Les cotisations accident du travail. Il y a une forte disparité d'une agence de travail temporaire à l'autre, et d'un secteur d'activité à l'autre, en fonction de la fréquence et de la gravité des accidents passés. Nous l'avons fixée à 3 % pour calculer nos indices ;
    • La taxe transport, qui dépend (fortement) de chaque commune. Nous avons pris le parti de la fixer à 1 % pour calculer nos indices ;
    • La mutuelle. Nous avons pris le parti de la fixer à 0,16 % de la masse salariale brute.
  • Les charges obligatoires non assises sur le salaire mais qui peuvent s'y ramener :
    • La CVAE s'applique à la valeur ajoutée (1,5 %). Nous avons estimé que la valeur ajoutée correspond à 94 % du chiffre d'affaires, et appliqué un coefficient moyen de facturation de 1,9 pour nous ramener à la base 100. Ce qui aboutit à un ratio de 2,68 % sur la base 100.
    • La CFE, que nous estimons à 0,1 % de la masse salariale ;
    • Les visites médicales, que nous estimons à 0,25 % de la masse salariale.

La somme de tous ces indices constitue l'indice de base. L'indice de base ne prend en compte ni les allègements de charges sociales, ni le CICE. Il n'est valable que pour les statuts ouvrier ou employé, et pour des rémunérations (IFM et ICCP inclues) inférieures au plafond de la sécurité sociale.

Nous fournissons également l'indice allègements, qui donne, sur la base 100, et pour un intérimaire rémunéré au SMIC (aucune prime ni majoration), le poids des allègements de charges sociales.

Enfin, l'indice CICE calcule le poids du CICE, toujours sur la base 100, pour un salaire inférieur à 2,5 fois le SMIC (IFM et ICCP inclues), ce qui est le cas général en intérim.

Les indices allègements de charges sociales (parfois dits "allègements fillon") et CICE viennent en déduction de l'indice de base.

Contact | Plan du site | Mentions légales